AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionMusique

Partagez | 
 

 Mortimer Ordog

Aller en bas 
AuteurMessage
Mortimer
°°Spirite°°
°°Spirite°°
avatar

Masculin Nombre de messages : 142
Age : 27
Date d'inscription : 17/02/2007

Caractéristiques

Points d'experience:
100/100  (100/100)
Compétences/Sort/Etat:
Points de Pouvoir:
100/290  (100/290)
MessageSujet: Mortimer Ordog   Sam 17 Fév - 21:07

Nom de sorcier: Mortimer Ordog

Nom humain: Smith Hugo

Âge: 28 ans

Castes: Spirites

Description physique: Ordog est un jeune adulte qui va sur la trentaine, mais il préfère s'habiller comme une adolescent d'une vingtaine d'années: grand manteau de cuir noir, t-shirt, jeans délavés ou déchirés. De longs cheveux noirs lui pendent jusqu'au épaules, et il a l'habitude de les rabattre en arrière, plutôt que de les laisser tomber sur son visage.
Ses yeux sont teintés d'une profonde nostalgie la plupart du temps, et d'une détermination farouche lorsqu'il se bat pour obtenir quelque chose, surmontés par de brousailleux sourcils.
Sa voix est mieulleuse et relativement grave, quoique s'il parle posément, ses éclats de rire peuvent le faire passer pour un fou hystérique.

Description mentale
: Depuis toujours, Ordog incarne la parfaite âme solitaire. Souvent taciturne, il préfère s'enfermer dans une bulle d'idéal que de parler à autrui, s'exposant ainsi aux souvenirs et à de possibles menaces. Non pas qu'Ordog soit paranoïaque, mais son expérience de la vie l'a poussé à se replier sur lui-même pour mieux vivre. Qu'importe le bonheur des autres, qu'importe la misère du monde, qu'importe les faibles qu'on tue, et les forts qu'on vénère, qu'importe tout cela lorsqu'on est seul, blotti au fond de soi, sans aucune volonté d'altruisme?
Isolement égal sécurité? Pour ordog, l'isolement signifie la tranquilité, la paix du corps et de l'esprit.

Description de son don inné: Ordog s'est longtemps cru hémophile; ou que les autres l'étaient. Par un curieux hasard, Ordog arrive plus ou moins à manipuler son sang, plus précisemment les composants de son sang.
Ses globules rouges sont-ils maléables afin qu'il puisse les manipuler? Ou bien seraient-ce les globules rouges qui pensent et agissent d'eux-même?
Pour sa santé mentale, Ordog a toujours préféré la première réponse, le transcendant en maître d'une multitude, et non l'inverse.
De ce fait, Ordog arrive à contracter, déformer, ralentir, accélérer les globules rouges qui circulent dans son corps.
Cela lui apporte ainsi de nombreux avantages: par exemple, en ralentissant sa circulation sanguine et la pression du sang dans ses veines et artères, Ordog peut faciliter la coagulation et le travail des plaquettes.
Ou en agrandissant considérablement leur taille, il peut apporter plus de dioxygène à son corps et respirer moins longtemps, faire ralentir son coeur.
Mais le don ne s'arrête pas là: car sa circulation sanguine n'est pas que veineuse ou artérielle: elle est parfois extracorporelle. En modifiant ses globules rouges, Ordog arrive à percer sa propre peau pour que le sang navigue sur son corps, à l'extérieur.
Pour l'instant, il n'a trouvé aucune utilité particulière à cela, à part se préserver des intempéries ou autres, mais il n'a pas encore exploiter tout son organisme.
On dit que l'on exploite que 10% des possibilités du cerveau. Et si ordog s'acheminait vers le onzième? Il l'espérait, de tout son cour, et son sang en bouillonnait...
Néanmoins, à force de déformer son propre organisme, il y a des chances pour qu'Ordog ait violé les lois de la nature, peut-être en mourra-t-il, peut-être pas...

Activité humaine: mécène

Objets: un bout de miroir cassé, une montre qui ne marche plus

Histoire: Ordog est né dans un milieu social qui allait le tuer: riche. La richesse est au mal qui éloigne des vrais sentiments. Aussi, comme ses parents étaient des mécènes, il étaient plus souvent à des réceptions ou des expos qu'avec leur seul et unique fils.
Ordog en a beaucoup souffert, et ce depuis sa jeunesse, où il attendait, impassible, seul sous la pluie, devant la grille de fer rouillé de son école, attendant que ses parents viennent le chercher, jusqu'à ce que des phares percent la nuit et des mains inconnues le ramènent chez lui.
Cette privation de présence, donc d'amour, ont ruiné Ordog. Au lieu de se faire remarquer, pour obtenir un peu d'attention, voir un sourire apparaître ou un éclat de rire, Ordog se renfermait sur lui-même, pour des horizons d'azur et d'or, où il volait avec les oiseaux, jusqu'à ce que de cruels filaments de solitude le ramènent subitement à la réalité.
Adolescent, il n'a même pas eu de crise, pas de rébellion, absolument rien. Une bouche fermée est bien plus terrfiante qu'une gueule qui hurle.
Un jour, ses parents se sont séparés, et ce fut son père qui obtint la garde d'Ordog. Ce dernier pensait que cette rupture ouvrirait les yeux à son père, voire à sa mère, qui s'occuperaient peut-être enfin de lui.
Il n'en fut rien.
Chaque soit, lorsqu'il rentrait, son père s'enfermait dans un bureau où s'entremâlaient oeuvres d'art et autres monstruosités qui avaient volé à Ordog sa vie.
Et quand le jeune homme tentait d'ouvrir la porte, un cri rageur l'obligeait à la refermer tout de suite. Alors, pour entrevoir un père aussi inhumain qu'une statue, Ordog avait pour habiture de s'assoeir devant un gigantesque miroir, et, sous un certain angle, il discernait une silhouette sombre dans l'entrebaillement de la porte, silhouette déformée par le miroir.
Parfois, Ordog se prenait ainsi à sourire, puis à sangloter.

Un jour, un jour qui fut aussi noir que la nuit, un jour, son père mourut. Sa mère ne vint pas; personne ne vint. On annonça au jeune adulte que son père lui laissait une fortune colossale, à lui et à lui seul.
Mais Ordog préférait être sans argent de poche et avec un père qu'orphelin et riche.
Il géra quelques années cette amas de billets verts, continuant le mécènat de son père, puis décida d'en finir avec sa vie.
Parce qu'elle ne lui apportait rien, si ce n'est un insupportable sentiment de lassitude et d'amertume.
Il mit encore une ou deux années avant de passer à l'acte.
Il fouilla l'ancien appartement de son père pour y retrouver des souvenirs, et trouva une vieille montre qui avait appartenu à celui qui l'avait plus ou moins élevé.

Salles de bains; chaleur; eaux bouillante; baignoire; buée; miroir brisé; montre qui ne marche plus; larmes; cris; pleurs; sanglots; tremblements.
Ordog se tenait dans la baignoire, l'eau brûlante jusqu'au cou. D'une main, tenant fermement la montre, comme pour y trouver le fantôme d'un lambeau de souvenir, l'image d'un père qui ne fut qu'une silhouette.
L'autre, un bout du grand miroir brisé.
Il applique soigneusement le miroir sur son poignet, et coupe.
Coupe. Coupe. Coupe. Très fort.
L'eau se teinte, lentement, lentement. Ordog a froid, lentement, lentement.
Puis l'eau bouillone, rouge sang, son sang! Elle bouillone, et Ordog hurle, hurle à s'en lacérer la bouche, hurle à en avoir les larmes aux sang, la gorge en sang.
Mais il ne meurt pas.
Parce que l'eau reprent sa teinte normale.
Et quand Ordog se lève, il n'a plus rien; plus rien parce que le sang remonte le long de ses jambes et de son ventre et de ses bras et de son corps pour revenir dans ses poignets.

Ordog comprent. Ordog est différent. Ordog peut manipuler ceci, à la manière d'un mécène qui joue avec les oeuvres d'arts.
Ordog peut.
Ordog peut-être, grâce à la magie, arriver à ses fins.
Obtenir ce qu'il n'a jamais eu.
Refouler la frustration en même temps que son sang. Refouler la colère. Refouler la haine et la tristesse.
Et attirer la mort, la mort qui se cache dans les tableaux, la mort qu'il désire, la mort.
Pourquoi les artistes étaient si inspirés? Ils pactisaient pour un brin d'inspiration...
À travers l'art, Ordog peut revenir à la source, et trouver ce qu'il désire.
Une femme? peut-être.
De l'amour? Peut-être.
La mort? Qui sait?

En tous cas, Ordog se rend compte qu'il est en possession d'un pouvoir qui dépasse son entendement; et qu'il n'est pas le seul.
Est-ce pour ça qu'il était seul?
Dans sa tête, lentement, tout commence à avoir un sens; un sens assez relatif, mais un sens quand même.
Pourquoi ses parents ne s'occupaient pas de lui? Pourquoi ont-ils divorcés? Pas à cause de ce que le commun des mortels appellent l'amour, non, sûrement pas.
À cause du fait qu'ils soient peut-être comme leur fils, qu'il y ait une part d'eux en leur chère progéniture? Ou à cause de cette même progéniture?
Ordog serait-il responsable de tout ça?
Pourquoi son père s'enfermait des heures durant?
Il y a beaucoup de questions qui se pressent dans la tête du jeune adulte qui n'arrive pas à comprendre.
Il faut qu'il comprenne. Pour être rassuré, tout au fond de son âme. Pour ne pas avoir à culpabiliser, ou pour ne pas haïr sa propre famille.
Non, mourir serait trop bête.
Ordog doit vivre.
Il n'est pas né fils de mécènes pour rien, il y a quelque chose là-dessous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wickedwarlock.deviantart.com/
Sidh
°°La Voyante°°
°°La Voyante°°
avatar

Nombre de messages : 150
Age : 33
Date d'inscription : 26/01/2007

Caractéristiques

Points d'experience:
0/0  (0/0)
Compétences/Sort/Etat:
Points de Pouvoir:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: Mortimer Ordog   Dim 18 Fév - 15:20

Fiche Acceptée,

Bienvenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mortimer
°°Spirite°°
°°Spirite°°
avatar

Masculin Nombre de messages : 142
Age : 27
Date d'inscription : 17/02/2007

Caractéristiques

Points d'experience:
100/100  (100/100)
Compétences/Sort/Etat:
Points de Pouvoir:
100/290  (100/290)
MessageSujet: Re: Mortimer Ordog   Dim 18 Fév - 16:22

merci!!!!!^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wickedwarlock.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mortimer Ordog   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mortimer Ordog
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Mortimer [en cours]
» Mortimer Eredann
» [Rôles] Scientifiques et autres espions
» Par les saintes culottes de Mac Grégor...
» Voguons sur les flots, Yoho ! — Jack Mortimer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mercuria :: פפ Le Cercle פפ :: Fiches de personnages :: Fiches Validées-
Sauter vers: